Archives pour la catégorie Livres et écrivains

Secrets d’histoire : Soliman le Magnifique


http://programmes.france2.fr/secrets-dhistoire/index-fr.php?page=emission&id_rubrique=77

 

Dans l’émission du 21 septembre, une des intervenantes, Kénizé Mourad était présentée comme une princesse impériale turque. Elle est en effet une descendante de Soliman et Roxelane.

Soliman II Khanuni le Magnifique Osman 1495-1566 &1520
Roxelana Lisowska 1506-1558
|
Selim II Osman 1524-1574 &1545
Cecilia Venier-Baffo 1525-1587
|
Murad III Osman 1546-1595 &1565
Safiya N 1550-1605
|
Muhammad III Osman 1566-1603 &1589
Hamdam N 1574-1605
|
Ahmed Osman 1590-1617 &
Kusama Mah-Paykar 1589-1651
|
Ibrahim Ier Osman 1615-1648 &1641
Khadija Turhan 1627-1683
|
Muhammad IV Osman 1642-1693 &
Mah-Para Ummatallah Rabia Gul-Nuz 1647-1715
|
Ahmed III Osman 1673-1736 &
Rabia Sharmi ? +1732
|
Abdul Hamid I Osman 1725-1789 &1783
Naksh-i-Dil N 1768-1817
|
Mahmud II Osman 1785-1839 &1822
Bazm-i-Alam ? 1807-1853
|
Abdul Medjid I Osman 1823-1861 &1839
Chevkefza . 1820-1882
|
Mourad V Osman 1840-1904 &1869
Sahcan N 1853-1945
|
Hadice Osman 1870-1936 &
Sultanzade Rauf +1938
|
Selma Rauf 1914-1941 &1937
Husain Ali de Kotwara 1910-1991
|
Kenizé de Kotwara 1940-

 

Les Caillard d’Aillières 1550-2010, Itinéraire d’une famille engagée


Les Caillard d’Aillières 1550-2010,  Itinéraire d’une famille engagée

publié en décembre 2010 aux Editions Lacurne, et disponible à la librairie Richer .

blog de l’ éditeur qui présente cet ouvrage :  http://www.librairie-la-geographie.com/boutique/fiche_produit.cfm?ref=L128&type=494&code_lg=lg_fr&num=341

Conférence , organisée par l’Association culturelle protestante de l’Anjou :

 Jeudi 9 Février 2012 à l’Espace France Quéré à 20h30

5, rue du Musée à Angers ( près du Musée des Beaux –Arts)

sous le titre

Une famille de l’Ouest au temps de la Réforme protestante :

Les Caillard d’Aillières (1550-1750)

 La conférence d’une heure environ, avec projections , sera suivie d’un échange avec les participants et d’un verre de l’amitié. Le Professeur Boisson, de l’Université d’Angers, spécialiste du protestantisme, le Pasteur d’Angers-Cholet, Etienne Berthomier,  le Pasteur Vatinel, grand connaisseur des familles protestantes de l’Ouest et madame Verry, Conservateur des archives du Maine-et-Loire ont annoncé leur participation à celle-ci.

Sera décrite l’aventure de la famille pendant deux siècles, au temps de la Réforme protestante , depuis son origine à Alençon jusqu’à son ancrage dans le Maine et à Paris , ainsi que ses liens avec Saumur ( notamment la famille Amyrault).  Conversion vers 1550 dans le sillage de Jeanne d’Albret, engagement dans les églises protestantes, alliances protestantes, persécutions, conversions, émigration…. : les aspects de l’histoire de cette famille sont riches et caractéristiques.

Histoire de l’Anjou Volume 3 : L’Ancien régime et la Révolution en Anjou


Histoire de l'Anjou

Auteur : Jacques Maillard

Éditeur : Picard, Paris

Description : 360 pages; (24 x 16 cm)

Prix : 34.00 €

ISBN : 9782708408968

GENCOD : 9782708408968

Sorti le : 27/03/2011

  • La présentation de l’éditeur

Sous l’Ancien Régime, la province d’Anjou a conservé une forte personnalité. Située loin des frontières du royaume, son histoire est certes moins agitée que celle de nombreuses provinces, elle n’en connaît pas moins des périodes de grands troubles, comme au temps des guerres de Religion, des guerres de la minorité de Louis XIV et des événements sanglants de la Révolution. La grande majorité de sa population vit à la campagne, du travail de la terre, dans de petites exploitations travaillées selon des méthodes de culture traditionnelles. La vie quotidienne de cette population est marquée par l’omniprésence de la mort, lors des grandes pestes, des épidémies de dysenterie, mais aussi par la forte mortalité des enfants liée aux difficultés de la naissance. Au XVIIe siècle, le diocèse d’Angers a été un des grands foyers de la réforme catholique qui a entraîné la création de nombreuses communautés religieuses et la multiplication des manifestations de piété (pèlerinages, missions, fondations pieuses). Ce livre, qui forme le tome III de l’Histoire de l’Anjou veut, pour un très large public, faire la synthèse de nombreux travaux dispersés et souvent inédits. Le recours systématique aux archives, en particulier notariales, a permis de préciser et de renouveler sur bien des points les travaux antérieurs. Ainsi peut-on présenter un tableau de l’Anjou des XVIe-XVIIIe siècles abordant la vie politique, économique, sociale, religieuse et culturelle.

Jacques Maillard, professeur émérite d’histoire moderne à l’université d’Angers où il a enseigné pendant plus de trente années, a publié une trentaine d’ouvrages et articles concernant l’histoire de l’Anjou sous l’Ancien Régime. Président de l’Association des amis des archives d’Anjou, il participe à travers la publication d’une revue annuelle, Archives d’Anjou, à la diffusion des résultats des recherches concernant l’histoire de l’Anjou, sous tous ses aspects.

Julien Gracq (1910-2007)


Julien GRACQ

Un des grands auteurs français est décédée l’année dernière.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Julien_Gracq

Il était angevin et parlait si bien de ses ancêtres:

Extrait des « Carnets de grand chemin » de Julien Gracq

Bibliothèque de La Pléiade Eds Gallimard Paris Septembre 1995, pages 1014/1015

« Quand à mes origines, je manque de mélange. Pas de croisements profitables dans mon ascendance. Du côté paternel, mes attaches sont à Saint-Florent, au moins depuis la Révolution et sans doute au-delà ; du côté maternel, à Montjean, la Pommeraye, Champtocé, depuis aussi longtemps : un cercle d’un rayon de huit kilomètres entre le tombeau de Bonchamps et le château natal de Gilles de Rais, a contenu toute mon ascendance depuis six générations et au delà : tout cela Mauges, vallée de la Loire et Mauges encore, artisans de village presque tous, « filassiers », boulangers, forgerons,mariniers, tous, aussi loin que je remonte, parcimonieux, âpres au gain, comptant sou par sou, fermes sur les liens de famille, acharnés à acquérir, à hériter et à conserver. A l’extrémité de cette chaîne de « clos », bouts de prés, vignes et masures thésaurisées et léguées boisselée après boisselée et moellon par moellon, la mosaïque de biens-fonds minuscules qui est la mienne, éparpillée et éclatée sur tout un canton, m’a ancré à ce terroir par des liens que je n’ai jamais rompus, ni cherché vraiment à rompre. J’attribue à cette ascendance vendéenne mon caractère casanier, ma méfiance vis-à-vis des figures inconnues, le conservatisme figé de mes habitudes, le confinement dans un cercle de relations étroit, surtout familial, le goût de dire non ; bref ce « laissez-moi tranquille dans mon coin et passez au large » qui a été – toutes motivations sociales et religieuses mises à part – le vrai ressort caractériel du soulèvement de 1793. Une vie peu aérée, un manque de mobilité physique autant que spirituelle, est le prix que j’ai payé pour la très solide assise sur la terre que m’a apportée cet enracinement : je n’ai jamais eu que peu à voir avec les espèces de plein vent. »

Les cousins de la Marquise, association bien connue des généalogistes angevins, avait retracé l’ascendance de l’écrivain:

http://www.geneastar.org/genealogie/?refcelebrite=poirierl&celebrite=Julien-GRACQ